Tu sais lorsque je fuis, ce n’est pas de la lâcheté. C’est car je n’arrive pas à faire autrement. C’est plus fort que moi…
J’aimerais ne plus le faire, car cela me fait souffrir aussi.
Aujourd’hui, je comprends que c’est ma blessure du rejet. Je vais apprendre à ne plus rejeter mes émotions de peurs pour enfin me libérer de mon masque de fuite.
Tu sais lorsque j’ai besoin tant des autres. C’est car j’ai l’impression que c’est vital pour moi. Je n’arrive pas à me retrouver seul(e), à faire seule, j’ai toujours l’impression d’avoir besoin de la présence de toi ou les autres. Aujourd’hui, je comprends que c’est ma blessure d’abandon. Je vais apprendre à accueillir la sensation de détresse en moi petit à petit pour enfin me libérer de mon masque de dépendance affective.
Tu sais lorsque j’utilise l’auto-dérision à outrance, lorsque je me moque de moi ce n’est pas que de l’humour. Cela cache la honte que je ressens envers moi-même. Parfois cela va jusqu’au dégoût. Aujourd’hui, je comprends que c’est ma blessure d’humiliation. Je vais apprendre à ne plus utiliser cette honte pour me faire du mal et commencer à me libérer de mon masque du masochisme.
Tu sais lorsque je suis inflexible, colérique, dur(e), froid(e) ce n’est pas car je porte la méchanceté ! C’est que je n’arrive plus à faire confiance en les autres et en la vie. Et la plupart du temps, je n’en ai même pas conscience moi-même. Aujourd’hui, je comprends que c’est ma blessure de trahison. Je vais commencer à pardonner le passé pour me libérer de mon masque de contrôle.
Tu sais lorsque j’ai l’air extrême, je réagis aux actualités qui me font bondir et que je ne parle que de ça ! C’est car je ne supporte pas la manipulation, que l’on opprime des personnes, cela me touche profondément. Aujourd’hui, je comprends que c’est ma blessure d’injustice. Je vais commencer à me libérer de ma croyance que je dois être parfait pour être aimé pour ôter mon masque du rigide.
Auteur: Jessie Birra
%d blogueurs aiment cette page :